Conseils pour faire du vélo en hiver

Conseils pour faire du vélo en hiver

L’hiver s’installe peu à peu. Avec lui, les précipitations augmentent, tout comme les risques liés à la pluie et aux chaussées humides. Sans parler de la neige. Comment alors faire preuve de prudence sur son vélo ?

1/ Ton allure tu modéreras

Rouler à vitesse réduite permet de limiter le risque de glissade sur chaussée humide et/ou glissante. Le cycliste a alors aussi plus de temps pour anticiper et déjouer les pièges de la chaussée (plaques de verglas, feuilles mortes par exemple).

2/ Les mouvements soudains tu éviteras

En roulant de manière souple (pas trop vite et de façon plus fluide), les risques sont donc réduits ! De même, les changements de direction doivent être opérés en douceur (freinez doucement avant de tourner et prenez votre virage le plus largement possible) : gare aux dérapages et aux chutes en cas contraire !

3/ Sur les freins mollo tu iras

Lorsque l’on freine sur une chaussée humide, verglacée ou enneigée, le risque de chute augmente. Il faut donc veiller à freiner en douceur, avec le frein arrière. Lorsque le cycliste roule à allure réduite, il peut s’équilibrer à l’aide de ses jambes, voire mettre pied à terre.

→ Quand vous reprenez votre vélo, faites un test de frein, histoire de vous assurer que tout va bien !

4/ Les distances de sécurité tu respecteras

Lorsqu’il neige, les pistes cyclables sont souvent moins dégagées que les routes. Il est donc recommandé aux cyclistes d’emprunter la chaussée et de rouler dans les traces des voitures et autres bus. Un cycliste n’a pas l’obligation d’emprunter une piste cyclable, surtout lorsque celle-ci est recouverte de feuilles mouillées.

→ Cette éventualité est un bon prétexte pour équiper son vélo d’un écarteur de danger (dispositif non-obligatoire mais intéressant pour la sécurité des cycles).

5/ A l’éclairage tu penseras

L’hiver, le cycliste est souvent amené à circuler alors qu’il fait nuit. C’est l’occasion de relire notre article qui rappelle les éléments d’éclairage obligatoires sur une bicyclette.

→ L’éclairage peut être renforcé par le port d’un gilet avec bandes réfléchissantes. Pas élégant, mais bien visible 😉

6/ De tes pneus la pression tu baisseras

En baissant la pression des pneus, on augmente la surface de contact avec la chaussée, et donc l’adhérence. Pour savoir à combien il faut gonfler ses pneus, il faut se reporter aux indications figurant sur le pneu.

7/ De pneus cloutés ton vélo tu équiperas

En fonction de l’endroit où l’on habite et de la probabilité d’avoir de nombreux jours de neiges, il est possible de choisir d’équiper son vélo de pneus cloutés. Ce petit investissement augmentera la sécurité.

8/ Ton vélo tu entretiendras

La baisse des températures fait souffrir les vélos. C’est pourquoi il est important de lubrifier régulièrement tous les composants du vélo.

→ Quand vous n’utilisez pas votre vélo pendant plusieurs jours, recouvrez-le d’une bâche.

9/ Des bons équipements tu te doteras

Un cycliste doit être bien équipé l’hiver, pour contrer le froid et limiter les blessures en cas de chutes. Ainsi : gants (pour les mains), casque (pour la tête), bonnet compatible avec un casque (pour le front et les oreilles), lunettes (pour les yeux) et vêtements chauds et respirant (pour le corps) constituent l’équipement de base du cycliste en hiver.

→ Si vous n’avez pas de garde-boue ou de pare-manteaux, c’est le moment d’y penser !

10/ Le bon vélo tu choisiras

Last but not least, le dernier conseil consiste à bien choisir son vélo. Entre les risques de chutes (et donc les risques d’abîmer sa monture) et le sel utilisé lorsqu’il neige ou qu’il y a du verglas (sel corrosif), mieux vaut utiliser un vélo qui a déjà quelques kilomètres plutôt que sa bicyclette tout récemment achetée.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>