Comment faire du vélo quand il pleut ?

Comment faire du vélo quand il pleut ?

L’un des freins à la pratique du vélo peut être la météo. Si certains cyclistes préféreront faire le choix des transports en commun les jours de pluie, certains opteront pour s’équiper en conséquence, et pédaler pour leurs déplacements. Dans ce cas, à quoi faut-il penser ?

Equiper le vélo

Par temps de pluie, un vélo doit être correctement équipé en termes d’éclairage. Dès lors que la visibilité est insuffisante (et bien sûr si en plus il fait nuit), un feu de position avant et un feu de position arrière sont obligatoires (voir notre article sur l’éclairage d’une bicyclette). En complément de ces feux de position, le port d’un gilet avec bandes réfléchissantes (vous savez : « c’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie » – et pas qu’à bord des voitures) est un vrai plus pour être vu (rappelons qu’il est obligatoire de nuit hors agglomération pour les cyclistes).

Baisser légèrement la pression de ses pneus permet d’augmenter la surface de contact avec la chaussée, et donc l’adhérence. Pour connaître la pression de vos pneus, consultez les indications se trouvant sur celui-ci !

Des garde-boue sont aussi incontournables : ils évitent notamment à l’eau présente sur la chaussée de remonter vers le cycliste (ce qui est salissant et, en tout cas, pas agréable) !

Globalement, veillez à bien entretenir votre bicyclette pour éviter les mauvaises surprises au cours d’un déplacement !

Comment faire du vélo quand il pleut ?

L’équipement du cycliste

L’équipement du cycliste dépendra de la saison.

A minima, on pensera à un vêtement imperméable (veste anti-pluie, poncho, pantalon de pluie, sur-chaussures…) et à des lunettes (verres transparents).

En hiver, il faudra aussi se protéger du froid : gants, bonnet et vêtements chauds et respirants vous aideront dans cet objectif.

Quelle que soit la saison, et même s’il n’est pas obligatoire pour les plus de 12 ans, le port du casque est vivement recommandé !

Comment faire du vélo quand il pleut ?

Une conduite adaptée

Lorsqu’il pleut et/ou que la chaussée est humide, il est important de modérer son allure, particulièrement en milieu urbain. Cela doit permettre de limiter les risques de glissades (et donc de chutes), mais aussi de prendre en compte le fait que le temps de freinage est plus long. Il faut dire que les pièges sont plus nombreux : visibilité réduite par temps de pluie, pièges spécifiques à l’hiver (verglas, amas de feuilles mortes, etc.)…

Une allure modérée est à coupler avec une manière souple de pédaler : pas de freinage brusque (sauf urgence bien entendu), des changements de direction en douceur, etc.

Bien respecter les distances de sécurité est aussi indispensable. Il peut arriver que les pistes cyclables ne soient pas bien dégagées (feuilles, grandes flaques…) : un cycliste peut donc être amené, plus souvent, à rouler sur la chaussée. La prudence s’impose par temps de pluie, où la visibilité de tous est réduite !

 

Et vous, continuez-vous à vous déplacer à vélo par temps de pluie ?

Les transports "propres"

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>